Sophrologie et maladie d’Alzheimer : pour garder le contact ici et maintenant

Cet art de vivre renforcé par des techniques psychocorporelles, est adapté à la personne atteinte de cette maladie afin de potentialiser ses facultés résiduelles.

Je sais être attentive aux possibilités de mouvements, de station debout ou assise, d’équilibre (yeux ouverts ou fermés), aux capacités visuelles, auditives, de concentration.

J’accueille les réactions émotionnelles de la personne accentuées du fait de la modification de la conscience qui devient source d’angoisse et de dépression.Je tiens compte du corps devenu fragile, de l’altération du langage, de la perception, de la mémoire, du schéma corporel, de la kinesthésie, de la perception, de l’orientation, de la temporalité, de la réflexion, etc.

 

D’une voix suffisamment sonore pour être entendue, avec des mots simples, face à la personne, je guide la personne pour des exercices de respiration, de mouvements très lents, de visualisation.

Par exemple, je peux travailler sur les axes suivants :

  • Ancrage au sol
  • Prise de conscience des sensations procurées par la marche lente
  • Prise de conscience du corps en le touchant doucement, de la tête aux pieds, en activant certaines parties successivement.
  • Exercices de pleine présence : pour découvrir comment je respire, par où, les sensations, comment je me sens ? les points d’appui du corps…
  • Respirations 3 niveaux
  • Concentration
  • Tensions, relâchement
  • Visualisations positives
  • 5 sens
  • Verticalité
  • Relaxation par les automassages
  • Mémoire
  • Etc…

La boîte à outils de la Sophrologie permet largement l’accompagnement des aidants :

la famille,

Avec bienveillance et attention, je vous guide vers l’apaisement et la compréhension:

  • de vos réactions de honte, culpabilité, colère devenues parfois habituelles
  • de la nécessité de solliciter votre entourage ou vos amis
  • de celle de vous faire aider dès le début de la maladie

les professionnels de santé,

  • de la valorisation dans votre rôle d’aidant, courageux et essentiel, auprès du malade et de sa famille.
  • Par la transmission de certaines stratégies afin de se sentir moins débordé, lui apprendre à se relaxer pour diminuer les tensions et le stress.